Roger Hagnauer est décédé (1986)

by

Nos anciens

Deux mois et dix jours après sa compagne Yvonne Hagnauer, fondatrice de la Maison d’enfants de Sèvres, Roger Hagnauer nous a quitté le samedi 11 janvier 1986.

Roger Hagnauer, né le 19 juillet 1901 à Paris, de famille alsacienne, fut d’abord instituteur, puis professeur de collège. À dix-huit ans, en 1919, il milite en faveur de la Troisième Internationale. Au cours de son service militaire en Allemagne occupée, il lutte pour la fraternisation, ce qui lui vaut six mois de détention à Mayence. Dès 1925, il est près de Pierre Monatte, Alfred Rosmer, Maurice Chambelland, Boris Souvarine qui s’opposent à la « bolchevisation » du parti communiste, et il participe avec ces derniers, Robert Louzon et Ferdinand Charbit, à la création de La Révolution prolétarienne, revue qui se voulait la continuation authentique de La Vie ouvrière.

Dès cet instant, la vie d’Hagnauer était tracée : membre de cette fraction du syndicalisme révolutionnaire qui adhéra quelque temps au léninisme, il en comprit vite le danger et combattit l’influence des théories et des pratiques bolcheviques et staliniennes dans le mouvement ouvrier. Les fondements de la doctrine d’Hagnauer sur le syndicalisme étaient proches de ceux de Pierre Monatte : indépendance et unité, mots d’ordre qu’il développa principalement dans les syndicats d’enseignants.

En 1939, il est élu secrétaire général du syndicat de l’enseignement de la région parisienne. Avec Yvonne Hagnauer, il participe à la lutte contre le bellicisme et signe avec elle le tract appel de Louis Lecoin Paix immédiate ; ils sont à ce titre révoqués et inculpés. Pendant l’occupation, Hagnauer est poursuivi comme israélite et résistant ; il milite à Clermont-Ferrand dans la clandestinité.

En 1941, Yvonne Hagnauer fonde la Maison d’enfants de Sèvres, destinée à l’origine à héberger des enfants de la région parisienne victimes des restrictions alimentaires. Elle devint rapidement un refuge pour des enfants dont les parents étaient proscrits ou déportés et pour des adultes victimes de la répression ou réfractaires au STO.

Roger Hagnauer participe, après la guerre, à la fondation de la CGT-Force ouvrière. Il devient secrétaire de l’Union des syndicats FO de la région parisienne et de la Fédération FO de l’Éducation nationale. Cependant, il refuse d’abandonner la Fédération de l’Éducation nationale autonome, attaché qu’il est à l’unité syndicale.

En 1967, Hagnauer participa à la fondation du Centre de sociologie libertaire avec Gaston Leval. Charbit disparu il y a quelques mois, Malfatti quelques semaines, Hagnauer hier, le typo, l’ébéniste, l’instit, le Livre, le Bâtiment, l’Enseignement : ils étaient parmi les derniers du vieux syndicalisme révolutionnaire.

J. Toublet

Le Monde libertaire N° 604 (29 janv. 1986)

Voir aussi:

hagnauer_avec_cigartte

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :