Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes

novembre 10, 2019 by

(paru dans La Révolution prolétarienne N°789, juin 2015)

Stéphane Charbonnier, dit Charb,  est une des victimes du massacre de Charlie Hebdo en janvier dernier. Il avait 47 ans et était directeur du journal. Deux jours avant la tuerie, il finalisait ce texte qui reprend et argumente les positions d’un journal qui, tout en luttant contre le racisme, tout en défendant les sans-papiers et le droit de vote des étrangers, défendait aussi la liberté d’expression, l’humour, le droit au blasphème, la laïcité et les droits des femmes. On a vu à quel prix. Le livre est mince et court, mais fait un peu figure de testament incontournable.

On connaît la fracture qui divise la gauche depuis l’interdiction du port de signes religieux ostensibles à l’école en 2004, on connaît parfois moins les polémiques autour du mot « islamophobie » qui voudrait entraîner la critique d’une religion (fut-ce au sein d’une critique générale des religions), ou même l’instrumentalisation politique de celle-ci, sur le terrain d’un racisme contre ses supposés religionnaires, l’islam étant censée être la « religion des pauvres ». Il y a une volonté de disqualification de la critique ou du blasphème, qui deviendraient racistes. Charb récapitule avec concision les arguments laïques qui rejettent l’utilisation de ce terme. Cette polémique traverse aussi le mouvement social. Je me souviens par exemple du Congrès de Lille de la FSU en 2010, où une tentative d’introduction du mot « islamophobie » dans les textes de congrès avait été rejetée après des échanges vifs.

Charb explique que ce sont tous les intégristes qui sont à l’affût :

« Toute victoire des musulmans intégristes dans leur lutte contre l’islamophobie est attendue à la fois avec gourmandise et jalousie par les catholiques intégristes. Lorsque, les 7 et 8 février 2007, s’est tenu à Paris le procès que trois associations musulmanes intentaient à Charlie Hebdo pour avoir republié les caricatures danoises, un seul témoin a été cité par les plaignants : un prêtre catholique. Des alliances sont possibles. Les catholiques intégristes, mais aussi d’autres, réputés plus modérés, ruminent depuis 1905 l’adoption de la loi de séparation des Églises et de l’État et rêvent d’une revanche. Ce qu’une jurisprudence accorderait aux musulmans, elle l’accorderait également aux autres croyants. »

Charb reviens aussi sur le décret instaurant un délit d’outrage au drapeau en 2010 contre lequel Charlie Hebdo avait mené campagne : il ne doit pas davantage y avoir de « blasphème antirépublicain ».

Le fait que ce texte soit posthume, dans les circonstances qu’on connaît, le rend particulièrement émouvant.

S.J.

lettrecharb

Soirée d’inauguration du local du CRAS (Toulouse)

novembre 2, 2019 by

16h30 – Causerie populaire : « 1884-1914, trois décennies décisives pour le monde ouvrier » par Christian Pataud

19h30 – Apéro – Tapas

cras4-64bab

Berneri, Contre le fascisme

octobre 18, 2019 by

Le numéro de décembre de La Révolution prolétarienne publiera un article de Miguel Chueca – éditeur et traducteur du recueil d’articles de Camillo Berneri, Contre le fascisme (Agone, 2019) – sur l’anarchiste italien disparu après les journées de Mai 1937 à Barcelone à la suite de son arrestation par des miliciens du PSUC, le parti stalinien catalan, et des policiers armés. Si, dans les milieux révolutionnaires, l’on connaît sa fin tragique, on ignore tout, ou presque, de son œuvre en dehors d’un petit volume de ses textes des années 1936-1937, Guerre de classes en Espagne (1977), publié par Spartacus et d’un volume de ses Œuvres choisies (1988) aux éditions du Monde libertaire. À l’heure où de sombres jours semblent devant nous, on n’en appréciera que plus la valeur des réflexions de Berneri sur le fascisme et les hommes qui l’incarnèrent. Loin de se contenter d’analyser et de décortiquer les tares de l’ennemi, Berneri n’en oublie pas moins de dénoncer celles de son propre camp qui, par un effet de miroir, ont préparé, voire devancé, la victoire du fascisme. Il en est ainsi de nombre d’anciens « révolutionnaires » passés au fascisme, non par simple trahison mais, pourrait-on dire, par la force des choses de leur engagement précédent où la démagogie des « discours ronflants et vides » se substituait aux « raisonnements honnêtes et limpides » et à « l’érudition scrupuleuse » du débat d’idées. La ressemblance avec notre actualité n’est sans doute pas fortuite. Une raison de plus pour lire Berneri aujourd’hui. [NDLR]

De la démagogie

À force de semer des idioties à pleines mains, de provoquer des diarrhées d’enthousiasme sans pensée, de lancer des mots d’esprit de charlatan au lieu d’idées nettes et précises, nous voilà arrivés au fascisme. Et nous n’avons retenu que très peu d’enseignements, bien que la leçon nous ait été administrée avec toute l’amertume de l’huile de ricin, toute la dureté du manganello [matraque], qui fait couler le sang et donne aux visages le rictus de la mort. Mais que faut-il aux Italiens pour être enfin écœurés ? Tant que celui qui parle en public n’aura pas fait sien le principe de Gandhi : « Je ne veux pas qu’une seule personne me suive si je n’ai pas fait appel à sa raison », il n’y aura ni éducation politique, ni liberté ni justice.

Il est de bon ton aujourd’hui de se moquer de la rhétorique fasciste. Mais nous sommes des singes qui rient devant un miroir. Hitler crie à Berlin : « Quand un peuple aspire sincèrement à la liberté, les armes lui viennent toutes seules dans les mains. »

Le 18 décembre 1791, le girondin Isnard se présenta devant le club des Jacobins, une épée à la main et s’exclama : « Voyez-vous cette lame, messieurs ? Cette lame sera toujours victorieuse. Le peuple français poussera un cri terrible et sa voix répondra à celle des autres nations. Le sol se couvrira de guerriers et tous les ennemis de la liberté disparaîtront de la face de la terre. »

Les démagogues sont de tous les temps et de toutes les couleurs. C’est à la démagogie qu’il faut casser la tête.

Camillo Berneri, « De la démagogie oratoire », L’Adunatta dei refrattari, 28 mars 1936, in Contre le fascisme – Textes choisis (1923-1937), Agone, 2019.

Berneri_Contrelefascismecouve1

Défendons les kurdes du Rojava

octobre 10, 2019 by

Défendons le Rojava contre l’agression militaire turque du régime d’Erdogan, à l’appel du Conseil Démocratique Kurde en France et de l’association France-Kurdistan:

samedi 12 octobre à partir de 14h00

place de la République, Paris 11ème

et dans plusieurs villes en province :

Marseille, 13h, Canebière
Lyon, 15H30, place Bellecour (*)
Nantes, 16h, Place du Commerce
Bordeaux, 14h, Place de la Bourse
Tours, 15h, Place Jean Jaurès

(*) appel de la Coordination lyonnaise Solidarité Kurdistan, dont France-Kurdistan, la CNT et Solidaires.

Infos annexes:

72

La Révolution espagnole vue dans la RP (1936-1938)

octobre 3, 2019 by

Brochure de 140 pages au format pdf:

couvClasseur1

cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

 

Germaine Berton : Frédéric Lavignette à la librairie Quilombo le 9 octobre

octobre 2, 2019 by

berton

Aides à domicile dans les Vosges : des luttes qui demandent du temps

septembre 29, 2019 by

Article paru dans La Révolution prolétarienne N°805 (juin 2019):

Page2 de RP-805-juin2019

cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

Lutte de classes et traite des Jaunes en Océanie (Péra, 1928)

septembre 25, 2019 by

Classiques de la R.P.

Articles de Louis Bercher, dit J. Péra, dans La Révolution prolétarienne N°62 (Quelques aperçus de la lutte de classes dans l’océan Indien, 15 juillet 1928) et N°69 (La traite des Jaunes, « habile plagiat de l’esclavage », autour du 180°, 1er décembre 1928)

traite

cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

Colloque « Devant la guerre » à Nantes

septembre 21, 2019 by

Au colloque « Devant la guerre » (septembre 1938-septembre 1939), organisé à Nantes par la revue Aden en partenariat avec la revue Europe du 6 décembre 2019 au 7 décembre 2019, Charles Jacquier interviendra le premier jour à 16h15 sur le thème : « La Révolution prolétarienne et le pacte germano-soviétique. »

Affiche colloque Aden 2019

La Révolution prolétarienne N° 806 (septembre 2019)

septembre 11, 2019 by

Après une longue attente de livraison, le numéro de septembre de La Révolution prolétarienne va bientôt pouvoir être routé. Au sommaire :
– Des mobilisations nécessaires (éditorial)
– Le Service national universel que le gouvernement veut rendre obligatoire pour les jeunes de 16 ans
Deux visages ouvriers du vrai Venezuela (S. Julien)
Entretien avec Nedjib Sidi Moussa sur la situation en Algérie
Des Auteurs Mondes ! (J. Demorgon)
La destruction de la nature (A. Pannekoek)
Littérature et émancipation. Entretien avec Jacques Baujard, libraire à Quilombo.
La fin du mouvement des conseils : l’insurrection de Cronstadt. Bonnes pages de Les Soviets en Russie 1905-1921 (Oskar Anweiler)
– « Raison et Fraternité », vers « l’union de l’humanité » : Charles Longuet (1839-1903) (J.-K. Paulhan)
– Livres : Olivier Fillieule, Isabelle Sommier (dir.), Marseille années 68; Richard Gombin, Le gauchisme – Origines et perspectives ; Anne Steiner, Les En-dehors. Anarchistes individualistes et illégalistes à la « belle époque »
Cinéastes engagés : Bulgarie, Égypte, France, Madagascar (J.-K. Paulhan)
– Soutien aux travailleurs sans-papiers en grève depuis deux mois et demi
Lettre d’Amérique : Camps, rafles, racisme : résistance et complicité (D. Ball)
– et… Prix Maitron 2019; Errata; Morceaux choisis : Burning Country – Au cœur de la révolution syrienne | Les Utopiques | Agissez par vous-mêmes; Sur internet; Séries; Exposition : #ouvrier.e.sAuMusée; Nos amis publient…

L’abonnement est toujours de 23 €. Les librairies militantes intéressées par un dépôt de la revue et les syndicats souhaitant recevoir un numéro gratuit nous le disent en envoyant un mail à redactionrp@gmail.com.

couvrp806