Quand les grévistes ne dirigent pas leur grève (1938)

by

Article de Charles Ridel (autrement dit Louis Mercier Vega) sur la grève des métallos parisiens dans La RP du 10 mai 1938, quelques mois avant l’échec catastrophique de la grève générale de novembre 1938. Notre attention a été portée sur ce texte par la contribution de Charles Jacquier dans le dernier numéro de la revue Aden: « L’avant-guerre de La révolution prolétarienne ».

cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

Une Réponse to “Quand les grévistes ne dirigent pas leur grève (1938)”

  1. BALLAST • QUE FAIRE ? • 4/5 • Réseau Salariat : « Lutter sur les lieux de travail » Says:

    […] qui accom­pagne l’u­ni­fi­ca­tion syn­di­cale CGT-CGTU. Le recul com­mence avec l’é­chec de la grève de 1938, et donc le reflux syn­di­cal. Je vois des gens mettre beau­coup d’énergie dans le côté […]

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :