N° 049 complet (1928)

49

cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

  Numéro complet

Extrait:

À travers les livres :

UN « MANUEL D’HISTOIRE DE FRANCE »

Un Manuel d’Histoire de France, par un groupe d’Instituteurs et de professeurs de la Fédération de l’Enseignement. (Edition de l' »Ecole Emancipée ». Librairie Gaonach, Quimper.)

Doit-on enseigner l’histoire aux enfants des écoles primaires ? C’est une question qui a soulevé bien des discussions dans le syndicalisme universitaire.

On l’a résolu au sein de la Fédération de l’Enseignement en condamnant cette histoire tapageuse et héroïque qui prolonge à travers les générations les « haines héréditaires » et le « civisme » médiocre et faux.

On s’y est prononcé en faveur d’un enseignement de l’histoire, donnant aux petites primaires une idée de la longue et douloureuse évolution de l’humanité, et développant leur « sens social ».

Depuis des années, des militants de la Fédération de l’Enseignement et du Syndicat national s’emploient à balayer les vieux manuels, lourds de formules sottes et haineuses. Des résultats ont déjà été obtenus. L’histoire de la civilisation commence à être en faveur dans le corps enseignant. Mais les institutrices et instituteurs n’avaient pas, jusqu’ici, à leur disposition, d’instrument pratique pour remplacer les livres proscrits. Nous autres, nous étions bien embarrassés pour répondre aux militants ouvriers, demandant à connaître l’essentiel de leur histoire.

Nous voilà servis, les uns et les autres, par le manuel que la Fédération vient d’éditer.

Il a d’abord le mérite d’être une oeuvre collective. Certes, nos bons camarades Richard et Boutreux en ont dirigé la rédaction. Mais ils ont su s’entourer de collaborateurs leur apportant des documents multiples et divers.

Le plan du livre bouleversera sans doute les préjugés de ceux qui sont habitués à la vieille chronologie monotone, et à la succession régulière des règnes de Mérovée à Doumergue.

D’abord, on étudie le Travail, le mode de Production, la vie des Travailleurs, – puis le commerce, les échanges – les sentiments, les idées – enfin les gouvernements.

Il faut que les amateurs de beaux gestes et de phrases historiques en prennent leur parti. Tel progrès technique dans l’industrie a plus « changé la face du monde » que la longueur du nez de Cléopâtre.

On a reproché pourtant au Manuel d’histoire de la Fédération d’être trop sec, trop simple, – d’aucuns ont dit presque incolore.

Il faut tenir compte du fait qu’un tel manuel ne peut être qu’un « résumé ».

Il ne peut pas développer longuement certaines questions importantes. Il doit d’ailleurs tenir compte, dans la mesure du possible, des programmes d’examens archaïques. Et, s’il est sobre de commentaires, c’est, pour nous, un mérite de plus. C’est un exemple pour les « éducateurs » (!?) communistes qui fournissent des idées fabriquées en série aux jeunes et infortunés pionniers.

L’étude des faits – dans leur nudité – suffit pour éveiller la conscience de classe – et l’enseignement de l’histoire, conçu comme le veut la Fédération de l’Enseignement, apprendra aux travailleurs que leur vie, dans sa simplicité, est essentielle et que leur salut est en eux! –

Roger HAGNAUER.

La Révolution prolétarienne N°49 (janvier 1928)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :