N° 312 – Même Varga – Entre nous

Extraits du N°312 [ février 1948]

Même Varga

Varga est, à Moscou, un des rares survivants des prem iers congrès de l’Internationale communiste. Les Tito et consorts sont de fabrication plus récente et exclusivement stalinienne. D ’un naturel prudent, Varga s’était tôt installé dans un secteur tranquille :celui de la statistique, et il s’y enfonça d’autant plus profondément que la situation politique devenait plus dangereuse. Sa tâche consistait, avant tout, à fournir sur commande des statistiques destinées à meubler d’ennuyeux rapports et à pronostiquer des crises dans l’économie des régimes capitalistes où il courait d’autre risque que de se tromper sur les dates. D ès la fin de la guerre, répondant aux impatients désirs d’en haut, il annonça que dans l’année à venir l’économie des Etats-Unis allait être bouleversée par une dépression profonde, dépassant en gravité celle de 1929-1933 parce qu’il était impossible d’imaginer que la reconversion des industries de guerre pourrait s’opérer sans de terribles remous. Mais cette année critique a passé, puis une autre, la troisième s’achèvera bientôt, et les symptômes de la crise ne se manifestent toujours pas. Bien au contraire, production et revenu national ne cessent d’augmenter; ce chiffre de soixante millions d’emplois que même les Américains considéraient utopique a été atteint. Sans doute on ne risque rien à prédire que ce développement et cette prospérité économique ne dureront pas toujours, mais enfin il faut bien constater qu’à la fin de la troisième année de l’après-guerre, l’Amérique est encore incapable de satisfaire aux demandes de son marché intérieur. Comment n’en pas tenir compte ? Surtout quand on a quand même une réputation d’économiste à défendre. Pour faire oublier son fâcheux pronostic, Varga écrit donc un livre où il étudie d’une manière m oins sommaire les « changements dans l’économie capitaliste comme conséquence de la seconde guerre mondiale ».Selon lui, un des résultats de la guerre est une intervention croissante de l’Etat dans l’économie des régimes capitalistes ; son pronostic, plus réservé, accorde une décade auxdits régimes avant qu’ils soient secoués par une crise décisive. Sa constatation est d’évidence, et son pronostic plausible. M ais ce sont des choses qu’il ne faut pas dire. Une attaque contre Varga a été déclenchée dans le numéro de septembre de la revue du parti communiste russe « le Bolchevik»,et elle vient d’être reprise dans la « Pravda »,par l’expert de la maison :Varga est dénoncé pour« avoir violé la doctrine marxiste-léniniste »,et son cas s’aggrave du fait que ses vues dangereusement erronées étaient parfois exprimées dans la littérature soviétique, m ais fort heureusement, ajoute-t-on, « la science économique soviétique ne manque pas d’hommes capables d’accomplir les tâches à eux confiées par le parti et par le gouvernement ». Com m e toujours il y a, derrière ce jeu de massacre, une raison politique dominante. La situation de la Russie est sensiblement différente de ce qu’en disent les staliniens. Ses dirigeants, qui n’ignorent rien de ses difficultés intérieures et extérieures, sont suspendus à l’éclatement d’une crise aux Etats-Unis qui obligerait ce pays à se replier sur lui-même et à se cantonner dans ses propres affaires. Celui qui n’annonce pas cette crise pour demain est un individu dangereux qu’il faut dénoncer et, au moins, réduire au silence.

A.R.

(Alfred Rosmer)

***

 ENTRE NOUS

Au service exclusif du syndicalisme révolutionnaire

Dissipons une fois de plus une confusion.

La R. P. n’est pas l’organe d’une tendance. Elle est une revue du mouvement ouvrier qui entend, par la libre discussion, préparer le regroupement des syndicalistes révolutionnaires, participer au redressement du syndicalisme et refaire une  » opinion ouvrière « .

Que Monatte, Finidori, Chambelland, Hagnauer, que la majorité des membres du noyau soient partisans du regroupement dans la C. G. T. – P. O., cela ne signifie nullement qu’ils expriment l’opinion officielle de la R. P., car il n’y a pas d’opinion officielle de la R. P.

Nos amis ont parfaitement le droit ? de discuter toutes les opinions émises dans nos colonnes. Nous ne censurons pas les idées. Seules les nécessités techniques de notre publication, seul notre désir de présenter des papiers sérieux, dignes de notre public déterminent nos décisions et orientent le travail de la rédaction.

Quelle que soit l’orientation de chacun, quelles que soient les nécessités corporatives et syndicales fixant l’attitude de chacun, ce qui est essentiel c’est que les syndicalistes révolutionnaires puissent se retrouver, par delà les divisions organiques du mouvement ouvrier.

Il nous faut 48 pagesNous sommes à l’étroit dans nos 32 pages. Ainsi, ce mois-ci, malgré notre pauvreté, nous en faisons 36 pour placer une partie du marbre ayant trait à des rubriques qui sans cela auraient été sacrifiées. Mais nous n’avons pu passer ni le Pera en entier, ni l’article du camarade Lacarce sur la scission, ni des faits et documents très intéressants… Il nous faut les 48 pages !

Il nous faut des listes de possibles

Depuis quelque temps nous ne recevons plus guère de listes de possibles. Elles contribuent pourtant à la montée des abonnements. Ainsi la progression sensible des derniers mois est due presque uniquement à ce moyen. Il est un peu coûteux par les frais de tirage supplémentaires, de circulaires et de timbres qu’il nécessite, mais le résultat est appréciable. C’est pourquoi il faut que nos amis nous! envoient de bonnes et copieuses listes de possibles, pour le prochain numéro.

Aux nouveaux abonnés

Nous rappelons aux nouveaux abonnés que nos tarifs pour 1948 sont les suivants : France, Algérie, colonies :

Six mois … 170 Fr.

Un an 300 Fr.

Extérieur :

Six mois . .. 200 Fr.

Un an 380 Fr.

Prière aux camarades qui ont réglé sur la base de nos tarifs de 1947 de vouloir bien compléter leur abonnement par un versement à notre compte de chèques postaux : Paris 734-99. Merci.

*Pour permettre à des camarades de compléter leurs collections, nous demandons à ceux de nos lecteurs qui auraient en double des exemplaires de la R. P. ou de la Vie ouvrière (la vraie !) de nous les faire parvenir. Nous en ferions la distribution’ aux intéressés. Merci pour eux.

Imprimerie S. N. I. E. 32, rue de Ménilmontant, 32

Le gérant : J.-P. FINIDORI

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :