Amendement raciste à l’Assemblée nationale

by

Le Canard Enchaîné du mercredi 26 octobre relate, dans le cadre du récent débat budgétaire à l’Assemblée nationale, l’amendement n°254, déposé par Laure Lavalette (élue du Var) : « Le groupe Rassemblement national estime indispensable que seules les personnes disposant de la nationalité française puissent voter dans les instances de représentation » au sein des entreprises. Et cela afin d’ « éviter toute tentative d’ingérence étrangère ou de revendication communautariste ».

L’orientation de la « préférence nationale », si chère au parti Rassemblement national, mais pas que, montre ici encore une fois tout son potentiel raciste. Cela ferait faire un bon en arrière de 50 ans, comme le rappelle le journaliste du palmipède. Un bon en arrière pour un des acquis fondamentaux des droits des travailleuses et des travailleurs, leur unité à l’heure de choisir leurs représentantes et représentants face au patron, quelle que soit leur nationalité. Un bon en arrière pour notre classe. Le fascisme a toujours combattu les organisations de classe que sont les syndicats, il a toujours servi le patronat en combattant la lutte des classes pour lui opposer une alliance sous les couleurs nationalistes et du racisme.

Un tel projet ne peut, en plus, que servir le patronat. De telles idées et un tel parti en font de nouveau la brillante démonstration. Car logiquement, cela devrait aller ensuite avec l’exclusion des travailleuses et des travailleurs n’ayant pas la nationalité française de l’effectif à prendre en compte pour les seuils qui déterminent si une élection de CSE pourra se tenir, et dans ce cas s’il s’agira d’un CSE de plein exercice ou pas (effectif d’au moins ou inférieur à 50 équivalents temps plein). Une belle aubaine pour les entreprises !

Cet événement pourrait servir d’outil de formation et de débat au sein de nos organisations syndicales, au moment où il n’est plus rare d’entendre des adhérentes et des adhérents refuser d’aborder ces questions, parce que ce serait « faire de la politique ». Voilà une illustration concrète du modèle « national et social » qui nous est promis si le syndicalisme ne combat pas sans relâche ces courants politiques. 

Publicité

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :