Iran : Le meurtre brutal de Mahsa (Jina) Amini et le harcèlement et l’oppression des femmes sont condamnés

by

Le meurtre odieux de Mahsa (Jina Amini), une femme de 22 ans, a provoqué une profonde colère et un profond dégoût parmi les gens à travers le pays.
Le Syndicat des travailleurs de la compagnie de bus de Téhéran et de la banlieue condamne fermement ce crime et exige des poursuites, un procès public et la punition de tous les responsables du meurtre de Mahsa Amini.

La « Ershad (Guidance) Patrol » et d’autres forces répressives du gouvernement, qui un jour persécutent les filles, les femmes et les jeunes dans les rues et les centres de détention, le lendemain lancent des gaz lacrymogènes sur les familles inquiètes, un autre jour arrêtent et emprisonnent les travailleurs, les enseignants et les étudiants protestataires et leurs familles ; oui, toutes ces forces répressives et leurs dirigeants doivent être tenus responsables de leurs crimes et de leurs actions répressives.

La liberté d’expression et de vêtements, ainsi que le droit à l’éducation, à l’emploi, au divorce et à la participation à des activités sociales doivent être les pleins droits de tous les habitants du pays, hommes et femmes, et de tout autre groupe social en Iran. La violation systématique et violente des droits des femmes a conduit à l’élargissement de la haine publique envers les forces oppressives au pouvoir. La discrimination structurelle, institutionnalisée et patriarcale à l’égard des filles et des femmes dans le pays doit cesser.

Le mouvement syndical et les organisations de travailleurs indépendants sont de fervents défenseurs de l’égalité entre les hommes et les femmes et s’opposent à l’imposition de tout hijab forcé et obligatoire et d’autres injustices et discriminations contre les femmes et les personnes opprimées en Iran. En tant que travailleuses, travailleurs et personnes démunies qui constituent la majorité absolue de la population du pays, nous devons protester aussi fort que possible contre cette oppression et exiger justice pour Mahsa (Jina) Amini et toutes les autres victimes de politiques misogynes et discriminatoires, qui ont été réprimées criminellement et brutalement par diverses forces de sécurité et de renseignement de l’establishment au pouvoir.

Le Syndicat des travailleurs de la compagnie de bus de Téhéran et de la banlieue condamne une fois de plus fermement le meurtre brutal de Mahsa (Jina) Amini et exprime ses sincères condoléances à la famille endeuillée de cet être cher et partage son chagrin et son empathie et se tient face à la colère et aux protestations écrasantes du peuple de Saghez[*] et de tout le pays.

Que la mémoire de Mahsa (Jina) Amini soit chérie !

Honte éternelle aux assassins de Mahsa !

Syndicat des travailleurs de la Compagnie de bus de Téhéran et de la banlieue (Vahed)

17 septembre 2022

Traduit du farsi par nos amis du Réseau syndical international de solidarité et de luttes

[*] Saghez, ou Saqqez, est la ville du Kurdistan iranien d’où venait Mahsa Amini et où ont eu lieu les premières manifestations contre son meurtre. [NDLR]

Mahsa « Zhina » Amini, une jeune fille de 22 ans originaire de Saqqez, a été arrêtée par la « police des mœurs » à la station de métro Haghani à Téhéran le 13 septembre. Deux heures plus tard, son corps à moitié mort a été livré à l’hôpital de Kasra.
Malheureusement, « Zhina » Amini est décédée dans la soirée du vendredi 16 septembre à l’hôpital des suites d’une lésion cérébrale.
Ce n’est pas la première fois que les femmes de notre société sont battues et arrêtées, ce n’est pas la première fois que la douce vie des femmes et des filles de ce pays est soumise à des politiques antiféministes et patriarcales, et malheureusement, tant que le capitalisme et le patriarcat prévaudront, nous serons à nouveau témoins de telles tragédies.
Mais les opprimés du Kurdistan et d’autres villes d’Iran, les étudiants et les femmes combattantes, ont montré par leurs protestations qu’ils s’opposeront à ce meurtre systématique.
Les hommes et les femmes opprimés savent qu’avec l’unité, la solidarité et la lutte continue, ils peuvent mettre fin à cette oppression et à cette discrimination afin que les maîtres de la violence et de l’oppression ne puissent plus tuer nos enfants.
Le Syndicat des travailleurs de la canne à sucre de Haft Tappeh exprime ses condoléances à la famille de « Zhina » Amini et partage leur chagrin pour la perte de leur enfant bien-aimé.
Le Syndicat des travailleurs de la canne à sucre de Haft Tappeh condamne le meurtre de « Zhina » Amini et exige l’identification et la punition des auteurs de ce crime et demande l’annulation de toutes les lois anti-femmes.

Syndicat des travailleurs de la canne à sucre de Haft Tappeh

Étiquettes :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :