Deuxième convoi syndical en Ukraine

by

D’ici la fin du mois de septembre, le Réseau syndical international de solidarité et de luttes (RSISL) conduira un deuxième convoi syndical de solidarité aux travailleurs et travailleuses d’Ukraine.

Un premier convoi syndical de solidarité aux travailleurs et travailleuses d’Ukraine, organisé par le Réseau syndical international de solidarité et de luttes, avec des délégations du Brésil, de France, d’Italie, de Lituanie et de Pologne, a eu lieu du 29 avril au 2 mai. Le destinataire du matériel et de l’argent récoltés était le Syndicat indépendant des mineurs (qui réunit également les travailleurs de la sidérurgie et de l’industrie métallurgique) de la ville de Kryvyi Rih. L’organisation Sotsialny Rukh (Mouvement Social) nous a aidés à organiser le convoi et les rencontres sur place.

Selon les recommandations des membres de la résistance ouvrière de Kryvyi Rih, le convoi a donné la priorité à l’acheminement de produits de première nécessité pour les réfugié∙es internes des zones occupées et de la ligne de front, tels que des aliments pour bébés, des plats préparés et de la nourriture de survie non périssable.

Un deuxième lot de marchandises était constitué d’équipements techniques nécessaires dans les zones de la ligne de front et les territoires libérés de l’occupation : groupes électrogènes diesel, batteries, batteries externes, batteries solaires, boîtes à outils, vêtements de travail, sacs de couchage, gants et autres articles indispensables en cas de situation critique de pénurie de nourriture, d’électricité ou de chauffage.

La décision d’envoyer le 2e convoi du Réseau syndical international de solidarité et de luttes en Ukraine a été prise à la suite d’échanges avec des syndicalistes et des militants ukrainiens. Il s’agit de renforcer la résistance de la classe ouvrière contre l’invasion impérialiste russe et les réformes antisyndicales et antisociales du gouvernement ukrainien pendant la guerre.

Combattre les attaques contre les droits des travailleurs et travailleuses commises sous couvert de la guerre

Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur les changements apportés au droit du travail en Ukraine. Les principaux faits et menaces sont les suivants : 

  • Des tentatives de dérégulation du travail avaient déjà été entreprises en 2019 et 2021, mais ont été reportées en raison de l’opposition des syndicats.
  • Depuis mars 2022, elles sont réapparues à l’agenda du gouvernement, « justifiées » par la nécessité d’adopter des mesures spéciales en temps de guerre. La loi martiale rend difficile toute protestation et résistance aux nouvelles conditions.
  • Le 23 mars, la loi scélérate 2136 a été votée au parlement. Elle permet aux employeurs de licencier des travailleurs et d’étendre leur semaine de travail de 40 à 60 heures, sans aucune consultation des syndicats.
  • En vertu du projet de loi 5371 (devenu la loi 2423), les travailleurs des entreprises de moins de 250 salariés – soit environ 70 % de la main-d’œuvre – pourraient perdre leurs garanties en matière de temps de travail et de protection contre les licenciements.
  • En juillet, le Parlement a adopté une loi autorisant les employeurs à cesser de payer les travailleurs qui ont été enrôlés dans l’armée ou se sont portés volontaires.
  • Le 6 août, le président Volodymyr Zelensky a signé une nouvelle loi autorisant les contrats « zéro heure », qui prive les travailleurs de la garantie d’un temps de travail minimum ou maximum et les expose encore davantage à la menace de ne pas pouvoir gagner leur vie, faute de travail suffisant.

Nous demandons le retrait des récentes modifications du droit du travail en Ukraine et le renforcement des droits et du pouvoir des travailleurs, car ils sont la colonne vertébrale  de la guerre. C’est dans ce contexte alarmant que nous devons affirmer la solidarité mondiale de la classe ouvrière. Nos frères et sœurs d’Ukraine, malgré leurs ressources limitées, luttent pour maintenir la résistance à la fois à l’impérialisme russe et aux réformes antisociales du gouvernement ukrainien.

Organisation logistique / Solidarité financière

Selon les rapports du syndicat indépendant des mineurs de la ville de Kryvyi Rikh, les besoins en équipements techniques et médicaux sont encore criants, la priorité sera donc donnée à l’acheminement de ce type de matériel lors du 2e convoi syndical du RSISL.

Les achats et le transport sont coordonnés par le syndicat polonais Inicjatywa Pracownicza (Initiative des travailleurs).

Comment participer ?

En France, l’association « Convoi syndical » qui a participé à de nombreuses actions de solidarité héberge nos dons. Les syndicats, sections syndicales, syndicalistes, travailleurs et travailleuses peuvent :

→ faire un chèque à l’ordre de « Convoi syndical » et l’envoyer à Solidaires, 31 rue de la Grange aux belles, 75010 Paris (en indiquant « convois syndicaux » sur l’enveloppe)
ou
→ effectuer un virement sur le compte du Convoi syndical : FR12 2004 1000 0127 9649 6A02 006 – PSSTFRPPPAR. La Banque postale Centre financier Paris.

Sinon, effectuer un virement directement sur le compte bancaire du syndicat Inicjatywa Pracownicza (Initiative des travailleurs) :
OZZ Inicjatywa Pracownicza
Volkswagen Bank direct
Rondo ONZ 1 00-124 Warszawa, woj. Mazowieckie, Polska
Code BIC/SWIFT : INGBPLPW
IBAN : PL88 2130 0004 2001 0577 6570 0001
TITRE : Donation au convoi syndical / Donation au convoi syndical d’aide aux travailleurs

Les montants reçus seront communiqués, ainsi que l’ensemble des travaux réalisés par le 2e convoi du Réseau syndical international de solidarité et de luttes. 

Publicité

Étiquettes :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :