Histoires de femmes kurdes

by

Une série de guerres sans fin, la lutte armée contre les régimes dictatoriaux et l’abnégation par l’emprisonnement et l’exécution ont été les principales caractéristiques de l’existence kurde. Pour les femmes de ma génération qui ont été témoins de la dure réalité de la vie sous la dictature et qui ont grandi dans une famille engagée dans la résistance armée contre le régime, la vie était cauchemardesque. La vue de la mort, la dévastation de familles entières et la peur qui planait constamment sur nos communautés étaient la norme.

Ce climat d’effroi donnait l’impression que la vie était une succession interminable d’histoires d’horreur non interprétées, les personnages ne sachant pas pourquoi ils devaient participer à une telle tragédie, une tragédie qui transformait ce qui aurait dû être une vie et des activités normales – aller au travail ou à l’école, s’asseoir pour manger – en une lutte pour la simple survie.

Les Kurdes des quatre parties de leur Kurdistan divisé – l’Iran, l’Irak, la Turquie et la Syrie – survivent et résistent à différentes dictatures venimeuses. Les mouvements pour la libération du Kurdistan existent depuis un siècle et sont toujours actifs. Jusqu’à la récente révolution de la Rojava, les principaux acteurs et « sauveurs » de ces luttes de libération étaient principalement des hommes.

Les femmes, malgré leur rôle vital, sont restées invisibles ou ont été reléguées au second plan, car une attention sans fin était accordée aux hommes.

Dans la partie du Kurdistan dont je suis originaire (Irak), nous avons réussi, grâce à des pressions et des campagnes soutenues, à maintenir un gouvernement semi-autonome. Ce n’est en aucun cas parfait, mais nous pouvons au moins connaître une certaine liberté.

Au Kurdistan, les autobiographies et les histoires d’hommes héroïques qui ont lutté contre l’ancien dictateur remplissent les librairies. Les hommes ont pris toute la place dans les débats médiatiques et racontent toute la lutte d’un point de vue masculin. Je me suis dit Où étaient les femmes ? Pourquoi étaient-elles absentes dans ces histoires ? Même si les hommes mentionnaient leurs femmes, leurs sœurs ou leurs mères, c’était uniquement pour reconnaître leur rôle de « dévouées », de « sacrificielles », de « dévouées » et de « soutien » par rapport aux hommes.

L’existence des femmes dans ces textes n’était pas une représentation du rôle réel qu’elles jouaient dans les luttes, mais ce n’était qu’une existence limitée réduite à être une épouse, une sœur ou une mère de héros combattant qui est un homme. Cela s’est fait avec le soutien des médias et des éditeurs dominés par les hommes. Le discours dominant porte sur la glorification des hommes en politique et l’occupation d’une trop grande place dans l’histoire.

Les femmes du Kurdistan, du moins un grand nombre d’entre elles, hésitent à écrire ou à raconter leurs propres histoires de lutte ; elles ne pensent pas que cela soit d’une importance particulière. Les femmes des générations précédentes étaient également mal équipées en termes de connaissances, d’éducation et de concision féministe, nécessaires pour remettre en question les fondements du patriarcat kurde et de la politique patriarcale. Outre ces facteurs, l’absence d’initiatives et de groupes pouvant offrir aux femmes des espaces et des plates-formes à utiliser comme domaine d’affirmation de soi a également contribué à un manque de représentation.

Après de longues délibérations, en tenant compte des obstacles qui se dresseraient devant moi, j’ai décidé de rassembler les histoires de femmes à travers le Kurdistan, telles que racontées et écrites par elles. C’est alors que j’ai réalisé que la conservation d’un livre composé d’histoires de femmes pouvait être une plateforme, un domaine pour l’autonomisation et l’affirmation de soi. J’ai discuté de l’idée avec mon équipe du Projet Culture. Ils ont accueilli l’idée avec enthousiasme et ont commencé à faire connaître notre « projet d’auto-écriture pour les femmes ». Nous avons rapidement commencé à recevoir des histoires et des appels de femmes qui étaient curieuses d’en savoir plus et de s’impliquer.

Il nous a fallu deux ans pour rassembler, traduire et éditer les histoires de femmes kurdes des quatre régions du Kurdistan et de la diaspora. Le livre contient des histoires écrites par 25 femmes âgées de 20 à 70 ans, couvrant cinq générations d’expériences vécues. Elles ont raconté des histoires d’engagement politique, d’emprisonnement, d’exil, de lutte armée, d’amour, de violence sexuelle, d’art et de littérature. Elles sont issues de tous les milieux, de toutes les classes et de tous les niveaux d’éducation. Pour beaucoup d’entre eux, cela représentait l’opportunité d’une vie – celle de raconter leurs histoires dans le cadre d’un effort collectif. Une femme m’a raconté : « Je suis enfin soulagée de la douleur d’avoir porté mon histoire avec moi pendant plus de 30 ans. Je suis détendue parce qu’elle est maintenant écrite ».

Mon but en rassemblant ces histoires était de transmettre l’authenticité, de permettre à ces femmes de raconter leurs expériences sans filtres, restrictions ou attentes. Je crois sincèrement que les voix et les récits des femmes sont essentiels à la formation d’une nouvelle compréhension et à la production de recherches sur les événements intimes et personnels qui ont façonné leur vie. L’écriture a un potentiel libérateur pour les femmes, leur permettant de retrouver la place qui leur revient dans l’histoire – et le présent.

Il est de notre devoir de rechercher les voix enfouies des femmes puissantes qui ont été effacées de l’histoire. Peu importe la façon dont les femmes ont été privées de leur vie, de leurs réalisations et de la place qui leur revient dans l’histoire, elles s’élèvent néanmoins, comme le dit Maya Angelou dans son poème.

Que l’on parle de mémoires, d’autobiographies ou d’histoire orale, les histoires contenues dans le livre Kurdish Women’s Stories sont de véritables fenêtres sur la vie turbulente et complexe des femmes kurdes, pleine de bouleversements, de pertes, d’amour, de lutte, de survie et d’optimisme. Je suis ravie et honorée d’avoir travaillé avec une équipe dévouée du Culture Project pour fournir aux lecteurs du monde entier ce recueil de récits de 25 femmes kurdes inspirantes.

Houzan Mahmoud

Traduction Kurdistan au féminin. Houzan Mahmoud est une militante socialiste et féministe venant du Kurdistan irakien et vivant désormais en Grande-Bretagne, qui a longtemps aidé l’association Solidarité Irak. Elle a notamment été interviewée dans Alternative libertaire en 2005 et L’Emancipation syndicale et pédagogique en 2012. Nous avions publié d’elle une « Lettre à mes amis et camarades en France » dans La RP n°791 (décembre 2015). Elle a coordoné le livre Kurdish Women’s Stories publié cette année chez Pluto Press.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :