1995, Victoire, défaite, perspectives…

by

Extrait de Les Utopiques N°12 (hiver 2019-2020).

Ce document est issu d’un bulletin syndical, Le fer peinard, édité par le syndicat des travailleurs et travailleuses du rail de la région SNCF Paris-Sud-Est CFDT (puis SUD-Rail à partir de fin janvier 1996). L’article évoque le mouvement à la SNCF ; des réflexions sur l’auto-organisation, la démocratie, l’unité ; le souci de l’interprofessionnel ; la nécessité de sortir du carcan de la politique institutionnelle ; les conditions de reprise du travail, qui expliquent sans doute, en partie, le sentiment positif autour du souvenir de « 1995 » ; le « syndicalisme de l’an 2000 », avec bien des perspectives encore d’actualité aujourd’hui… Précisons que ce journal était adressé, chaque mois, au domicile de chaque adhérent.e du syndicat (environ 900 personnes), diffusé dans les différents services ferroviaires de la région (de Paris Gare de Lyon à Sens, Auxerre, Montargis, en passant par Villeneuve, Corbeil, Melun…), soit un tirage de 6 000 exemplaires. Il était également envoyé aux autres syndicats CFDT Cheminots et de la « gauche CFDT », dans le cadre d’échanges horizontaux contribuant à enrichir les réflexions de tous et toutes.

Le début du mouvement s’est articulé autour de deux dates : le vendredi 24 novembre, une grève unitaire dans le secteur public et le mardi 28 novembre une journée d’action interprofessionnelle lancée par FO pour défendre la Sécu. Sans parler de la confédération CFDT qui a publiquement soutenu le plan Juppé dès sa présentation, les réactions de nombre de structures syndicales ne sont pas à la hauteur : FO met en avant sa date du 28 ; la confédération et les fédérations CGT appellent au dernier moment au 28 en plus du 24, mais sous forme de deux grèves de 24 heures successives. Quelques collectifs syndicaux CFDT appellent à rompre avec ces jeux mortifères et lancent un appel à la grève reconductible, en assemblées générales, à partir du jeudi 24, avec le mardi 28 en perspective, travaillant pour que la dynamique ainsi créée dépasse ces dates. La manifestation nationale pour les droits des femmes, préparée de longue date par de très nombreuses organisations, pour le samedi 25 novembre sera une réussite et contribuera aussi à mettre en place cette ambiance propice à un mouvement de masse dans la durée. Il en est de même de l’ébullition qui touchait les universités depuis mi-octobre.

Christian Mahieux

à lire sur le site des Utopiques

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :