Le droit de grève est vital aux travailleurs et travailleuses au Portugal et dans le monde

by

Les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes dénoncent la suspension du droit de grève décrété le 19 mars par le gouvernement du Portugal. L’état d’urgence permet ainsi les licenciements sans résistance, dans l’obéissance et le silence. Les entreprises profitent de cette aubaine pour licencier des centaines de travailleurs et travailleuses : Groundforce, TAP, restaurants, hôtels, services…

C’est la grève des travailleurs et des travailleuses des ports, des aéroports et de Auto Europa qui a imposé la mise en place de mesures de protection qui ont aidé à contenir la contagion. Mais partout dans le monde, les gouvernements, à travers leurs décrets d’urgence, ne font que protéger la rémunération milliardaire des actionnaires, les profits des entreprises aux dépens de la santé et de la vie de la population.

Le Réseau syndical international de solidarité et de luttes exige que le droit de grève soit respecté au Portugal et dans le monde pour que les travailleurs et travailleuses des secteurs essentiels arrachent aux patrons le matériel de protection nécessaire contre le Covid 19 et que, dans tous les autres secteurs, ils et elles soient à la maison sans réduction de salaire.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :